African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Dawit ISAAK

Erythrée > Média : Dawit ISAAK

Dawit ISAAK
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 27/10/1964 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

Dawit Isaak  né le 27 Octobre 1964 est un journaliste Suédois d'origine Erythréenne.  Détenu depuis septembre 2001 sans procès dans les geôles sordides de son pays . Il a fui l’Erythrée durant la guerre civile et s’est établi en Suède. Toutefois, il continuait de se rendre en Erythrée, créant Setit, le premier journal indépendant du pays, qui était souvent critique à l’égard du président Isaias Afewerki.

En avril 2001, Isaak retourne en Erythrée. Il est arrêté en septembre 2001, parmi 13 hommes politiques et 10 journalistes. Il est relâché en novembre 2005, mais de nouveau arrêté trois jours plus tard. Aucune accusation officielle n’a jamais été portée à son encontre.

C’est en pleine conscience que le gouvernement a décidé de ne pas tenir de procès dans son cas. » Auparavant, il avait été accusé oralement de comploter pour une invasion de l’Éthiopie, le puissant voisin à qui l’Érythrée a arraché son indépendance en 1993, après des années de guerre.

Accusation à l’appui de laquelle aucune preuve n’a jamais été avancée. Diplomatie silencieuse et sans résultat Au moment de son arrestation, Isaak travaillait au quotidien indépendant Setit fondé en 1997. Il était revenu à Asmara, la capitale, quelques mois plus tôt. À l’été 2001, il écrivait encore des articles sur le déficit démocratique de l’Érythrée. Il a été arrêté trois jours après la parution du tout dernier numéro de Setit, qui n’a plus jamais été imprimé. Certains de ses collègues, enrôlés de force, ont disparu. Dawit avait rejoint la Suède durant la guerre contre l’Éthiopie, et en avait obtenu la nationalité en 1992. C’est pourquoi la bataille pour la libération de Dawit est aujourd’hui menée depuis Stockholm. « Le gouvernement suédois nous affirme mener une diplomatie silencieuse en faveur de Dawit, explique Björn Tunbäck, journaliste membre de RSF-Suède. Nous lui demandons à présent de faire appel à son imagination et de proposer d’autres solutions. » Esayas Isaac et Björn Tunback, qui ont contacté des avocats, passent donc à une offensive légale et se tournent vers l’Union européenne (UE). « C’est un ressortissant de l’UE, donc nous avons déposé une note légale le 18 octobre au ministère des Affaires étrangères suédois, au Parlement européen et auprès du Commissaire européen au développement. Elle rappelle que les autorités ont l’obligation de soustraire un citoyen aux violations des droits de l’homme qu’il subit, même en dehors de l’UE, affirme Tunback. L’Europe doit prouver qu’elle fait tout pour obtenir un changement de la situation de Dawit. » Déficit chronique de liberté de la presse Conditionner l’aide européenne au sort de Dawit est une piste à explorer. La Commission européenne a alloué à l’Érythrée au moins 122 millions d’euros pour la période 2009 - 2013. Or Dawit Isaak serait le seul citoyen européen prisonnier d’opinion détenu à l’extérieur.

Son cas pourrait créer un précédent. Mais les autorités érythréennes ne reconnaissent pas à Isaak la citoyenneté suédoise ; il n’y a donc aucune garantie que les démarches menées en Europe puissent représenter un levier. Le même flou entoure le sort d’une vingtaine d’autres journalistes érythréens arrêtés au cours des années 2000, rapporte Reporters sans frontières (RSF), et plusieurs des personnes emprisonnées en septembre 2001 sont décédées en détention. « Les rafles de septembre 2001, la suspension de la presse privée et l’arrestation des principaux directeurs de journaux ont fait basculer l’Érythrée dans une période sombre, écrit RSF.

Il n’existe aujourd’hui aucun média indépendant, les correspondants de la presse étrangère sont persona non grata, et les employés des médias publics ont été transformés en fonctionnaires de la propagande gouvernementale. » Pour la quatrième année consécutive, le pays est donc le dernier au classement annuel sur la liberté de la presse, 178e sur 178.

Également écrivain, Dawit Isaak ignore que la foire de Göteborg, en Suède, a présenté fin septembre des écrits qu’il a rédigés dans les années 1980. Onze maisons d’édition se sont rassemblées pour traduire en suédois et publier gracieusement un recueil, une pièce et deux articles de Dawit. Le recueil s’intitule Hope. Espoir.



Dernière mise à jour le 03/11/2010


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video