African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de George BIZOS

Afrique du Sud > Social : George BIZOS

George BIZOS George BIZOS
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 14/11/1928 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

George Bizos né le 14 Novembre  1928 est un éminent avocat Sud Africain , grand défenseur des Droits de l'Homme milita farouchement contre l'Apartheid . Proche ami de Nelson Mandela et très connu pour avoir défendu ce dernier qui risquait alors la peine de mort.

George Bizos est né en 1928 à Kirani, en Grèce. En 1941, il est arrivé en Afrique du Sud  avec son père pendant  la Seconde Guerre mondiale en tant que réfugiés.,ils s'installent à Johannesburg où leur arrivée fut facilitée  par la présence d'autres membres de la communauté grecque. Après avoir appris l'anglais , il s'inscrit pour un diplôme en droit à l'Université de Witwatersrand.

Carrière:
En 1950, il a complété ses études de droit à l' Université de Witwatersrand . Il a été un membre éminent du barreau de Johannesburg depuis 1978. Il est membre du Conseil national des avocats pour les droits de l'homme, dont il a contribué à fonder en 1979. Il est avocat-conseil principal au Centre des ressources juridiques à Johannesburg dans l'unité du contentieux constitutionnel. Il a été un juge sur le Botswana cour d 'appel de 1985 à 1993.
En 1990, il devint un membre du Congrès national africain (ANC) Commission juridique et constitutionnelle, et à la Convention pour une Afrique du Sud démocratique (CODESA), il a agi comme conseiller pour les équipes de négociation et a participé à l'élaboration de la Constitution intérimaire. Il a participé à l'élaboration de la législation, et en particulier la vérité et de réconciliation du projet de loi et des amendements à la loi de procédure pénale, à la mettre en conformité avec le chapitre 3 de la Constitution, garantissant les droits fondamentaux de l'homme à tous les citoyens d'Afrique du Sud.

Dans sa carrière juridique, il a représenté beaucoup de militants politiques , des hauts dignitaires de l'ANC comme  Walter Sisulu et Nelson Mandela , Govan Mbeki dans le Procès de Rivonia 1963-64 ou les accusés sont passibles de la peine de mort. Les avocats de la défense font cependant valoir que les accusés défendent une lutte pour leurs droits similaires au combat des Boers contre les Britanniques au 19ème siècle et cite une jurisprudence modérée même dans les cas de trahison. Le 20 avril 1964, depuis le banc des accusés, Nelson Mandela saisit l'occasion qui lui est faites par le procès de faire une déclaration pour faire connaître à un vaste public les motivations et objectifs des actions de l’ANC et d’Umkhonto We Sizwe. Il termine en déclarant : « J’ai défendu l’idéal d’une société démocratique et libre dans laquelle tous les individus vivraient ensemble en harmonie et bénéficieraient de chances égales. C’est un idéal pour lequel j’espère vivre et que j’espère voir se réaliser. Mais c’est un idéal aussi pour lequel, s’il le faut, je suis prêt à mourir ».

George Bizos dit que ce fameux discours a sûrement évité la peine de mort à Nelson Mandela car le gouvernement Sud Africain ne voulait pas en faire un martyr.Les accusés échappèrent à la peine de mort, et furent condamnés à la perpétuité.

Il a également représenté de multiples familles de héros morts pendant la lutte de libération. Conseiller de jeunes avocats à une ONG sud-africaine, le Centre de Ressources Légales, il a défendu régulièrement des causes lui tenant à cœur, en particulier les familles de victimes de l’apartheid demandant réparation.

Dans la Commission Vérité et Réconciliation audiences, Il est resté bouillant sur ce dossier, réclamant que le rapport final (attendu fin 2003) de la TRC débouche sur des poursuites judiciaires, et exprimant son opposition à une amnistie générale qui, selon lui, “nierait le travail de la Commission

Il est nommé par le Président Mandela à la Commission des services judiciaires qui, en termes de la Constitution, recommande des candidats pour la nomination de juges et propose des réformes au système judiciaire pour effacer son passé de l'apartheid. Bizos a été le leader de l'équipe pour le gouvernement sud-africain de faire valoir que la peine de mort était inconstitutionnelle, et l'avocat de l'Assemblée nationale dans la certification de la Constitution par la Cour constitutionnelle.

. En 1998, il a publié un livre intitulé Personne à blâmer? Dans la poursuite de la justice en Afrique du Sud. Et en 2007, "Odyssée autobiographique à la liberté"

 En 2004 Bizos représenté Morgan Tsvangirai, président du principal parti d'opposition ( Mouvement pour le changement démocratique ) au Zimbabwe, qui a été accusé de haute trahison par le gouvernement zimbabwéen. Lorsque Bizos n'est pas en salle d'audience, il passe son temps dans les jardins potagers. Bizos a reçu de nombreux prix  pour l'excellent travail qu'il a accomplit durant sa carrière de juriste. Il a également occupé des postes élevés dans des institutions différentes. Le 25 Octobre 2004, il a reçu de l'International Bar Association (IBA) Bernard Simons prestigieux prix commémoratif à Auckland. En Nov 2004, il reçoit le Prix annuel Sydney et Felicia Kentridge Award , du General Council of the Bar.

La vie ultérieure:
Il vit actuellement à Johannesburg, marié et père de trois fils.



Dernière mise à jour le 01/06/2010


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video