African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Eugène TERRE'BLANCHE

Afrique du Sud > Politique : Eugène TERRE'BLANCHE

Eugène TERRE'BLANCHE
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


African Success est un annuaire qui présente les biographies
des africains connus à travers le monde.
Nous ne cautionnons en aucune façon les actes ou parcours
des personnalités citées.


Son parcours :

Eugène Terre'Blanche né le 31 Janvier 1944- mort le 3 Avril 2010: le leader  terroriste de l'extrême droite blanche et raciste sud-africaine a été assassiné samedi dans sa propriété du nord de l'Afrique du Sud, par deux de ses employés noirs avec lesquels il était en conflit. Ancien policier agé de 69 ans, Eugène Terre'Blanche était le fondateur et le leader d'un petit groupe, l'Afrikaner Weerstandsbeweging (AWB), le Mouvement de résistance afrikaner, dont l'emblème était proche de la Swastika du parti nazi (voir photo ci-contre), et qui s'était donné comme objectif dans les années 80 d'empêcher la marche vers la fin de l'apartheid en Afrique du Sud.

 Personnage violent sous des dehors folkloriques, l'extrémiste Eugene Terre'Blanche, tué samedi à l'âge de 69 ans, a vainement consacré sa vie à la défense de la suprématie blanche en Afrique du Sud.n'a jamais caché son admiration pour Adolf Hitler. L'emblème de l'AWB, composé de trois "7" en étoile, évoque la croix gammée sous l'aigle nazi.Taxant les dirigeants du régime ségrégationniste d'apartheid de "libéraux", Terre'Blanche plaidait pour la création d'un "Volkstaat", un territoire autonome pour les Afrikaners, les descendants des premiers colons européens qui parlent une langue dérivée du hollandais.

Après la libération de Nelson Mandela, héros noir de la lutte anti-apartheid, il organisa une série d'attentats meurtriers dans l'espoir de faire dérailler la transition démocratique.

Policier, puis fermier

Il aimait se déplacer à cheval, entouré de sa garde, et son style ainsi que ses qualités d'orateur lui valaient une certaine notoriété. Mais son caractère incontrôlable et sa violence revendiquée inquiètaient jusqu'aux partisans de l'apartheid. Il fut définitivement marginalisé à l'abolition du régime ségrégationniste, écopant d'une peine de prison pour tentative de meurtre.

Né le 31 janvier 1944 à Ventersdorp, village où il a trouvé la mort, à une centaine de km à l'ouest de Johannesburg, Eugène Terre'Blanche s'engagea dans la police avant de reprendre la ferme familiale près de la bourgade. Il fonda l'AWB en 1973, avec six amis, pour contrer «l'abandon» des intérêts blancs par le régime d'apartheid. Le mouvement sortit de l'ombre en 1979, lorsque certains de ses membres enduisirent un historien de goudron et de plumes.

Depuis sa ferme, Terre'Blanche étendit son influence, se rendant surtout dans les exploitations agricoles du nord du pays, où il multiplia les discours enflammés en afrikaans. Les autorités le surveillaient de près et découvrirent en 1982 une cache d'armes sur la ferme de son frère, qui lui valut une condamnation avec sursis. En 1991, lorsque Frederik de Klerk, dernier président de l'apartheid, se rendit à Ventersdorp, les hommes de Terre'Blanche le défièrent: les affrontements firent quatre morts.

En 1993, des hommes de l'AWB pénètrèrent à bord d'un véhicule blindé dans le World Trade Center de Johannesburg, où se tenaient des négociations pour la transition. L'attaque fut endiguée. Mais, deux jours avant les premières élections multiraciales, en avril 1994, l'AWB fit exploser une bombe dans le centre de la ville, tuant neuf personnes.

«Si Mandela ne nous donne pas notre Volkstaat, nous combattrons jusqu'à conquérir l'ensemble de l'Afrique du Sud», menacait Terr'Blanche dans ses diatribes contre le «pouvoir communiste noir». En 2002, il fut condamné à cinq ans de prison pour avoir battu un vigile noir à coups de barre de fer, lui causant des lésions cérébrales irréversibles. Remis en liberté conditionnelle pour bonne conduite en 2005, il tomba dans un oubli relatif, jusqu'à son meurtre samedi par deux de ses ouvriers agricoles. Il aurait refusé de leur verser un salaire mensuel de 300 rands (30 euros).



Dernière mise à jour le 07/06/2010


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video