African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Festus MOGAE

Botswana > Politique : Festus MOGAE

Festus MOGAE Festus MOGAE
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 21/08/1939 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

Festus Gontebanye Mogae (né le 21 Août ,1939), fut le président du Botswana du 1 er Avril 1998 au 1er Avril 2008.Il a été proclamé lauréat du Prix Ibrahim 2008 de la bonne gouvernance en Afrique, Le Prix Mo Ibrahim, du nom du richissime homme d’affaire soudanais, institué pour récompenser l’excellence du leadership en Afrique, est un prix annuel doté de 5 millions de dollars américains sur dix ans, et par la suite une somme annuelle de 200 000 dollars à vie.Le premier Lauréat du Prix Ibrahim désigné en octobre 2007 a été l’ancien Président du Mozambique, Joaquim Chissano.

Il a également  été fait Grand Croix de la Légion d'Honneur par le Président Nicolas Sarkozy, le 20 mars 2008.
« Le remarquable leadership du président Mogae a permis de garantir au peuple botswanais la poursuite de la stabilité et de la prospérité dans un pays confronté à une pandémie de SIDA dont l`ampleur menaçait gravement son avenir », a déclaré Kofi Annan Président du Comité d’attribution du Prix.

Mais Survival International a vivement critiqué la Fondation Mo Ibrahim pour avoir récompensé le "remarquable leadership" de Festus Mogae, l’ex-président du Botswana qui a orchestré l'éviction des Bushmen du Kalahari.

En 2002, le gouvernement de Festus Mogae avait expulsé les Bushmen de leurs terres ancestrales situées dans la réserve du Kalahari central et leur avait interdit d’y pratiquer la chasse et la cueillette.Les Bushmen ont poursuivi le gouvernement en justice jusqu'à ce que la Haute Cour du Botswana déclare en 2006 les expulsions "illégales et anticonstitutionnelles". Un des juges a affirmé que le refus du gouvernement de les laisser chasser "revenait à condamner [les Bushmen] à mourir de faim".

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré "Satisfaire la majorité n'est pas difficile, mais la bonne gouvernance exige le respect des minorités, en particulier des victimes de discrimination, comme les Bushmen du Kalahari. Le régime du président Mogae a ébranlé des décennies de respect tacite de leurs droits territoriaux. Ce qu’il a mis en place continue de menacer leur survie. Ce prix est un affront à la 'bonne gouvernance'."

Après des études d'économie à l'Université d'Oxford, Mogae devient fonctionnaire dans des insitutions financières telles le FMI et la Banque du Botswana. Il devient vice-président du Botswana en 1992 et par conséquent dauphin du président de l'époque, Ketumile Masire. Il lui succède à la magistrature suprême le premier avril 1998.Festus Mogae a dirigé le Botswana, qui est le seul Etat d'Afrique subsaharienne à avoir pratiqué la démocratie multi-partiste depuis son accession à l'indépendance au début des années 60 et où les présidents civils se sont succédé par le jeu des urnes et non à la faveur de putschs militaires ou de scrutins tronqués .

Durant sa présidence Festus Mogae a fait de la riposte au sida l’une des priorités de son gouvernement. Même si le Botswana est un petit pays prospère, 24 % des adultes âgés de 15 à 49 ans y vivent avec le VIH. Le pays présente une prévalence du VIH parmi les plus élevées du monde et plus du tiers des décès d’enfants de moins de cinq ans est dû au sida.

Même si la population paie un aussi lourd tribut au VIH, le pays a réalisé des avancées importantes dans le cadre de la riposte à la maladie grâce à la bonne gouvernance des autorités et à l’attribution de ressources nationales considérables à la lutte contre le VIH.

"Dans un continent où trop souvent la richesse des sous-sols s'est transformée en malédiction, le Botswana a su démontrer qu'un pays doté de ressources naturelles pouvait, par une gouvernance de qualité, parvenir à un développement durable", a ajouté M. Kofi Annan.

Festus Mogae, 69 ans, a quitté le 1er avril la présidence du Botswana après une décennie à sa tête, au cours de laquelle son pays, premier producteur mondial de diamants, est devenu l'un des plus prospères d'Afrique, en dépit des craintes de voir ses progrès balayés par le sida.

Tandis que d'autres, comme la Sierra Leone ou la République démocratique du Congo (RDC), n'ont pas su tirer les bénéfices de ce genre de ressources précieuses, le Botswana a diversifié son économie, encouragé l'exploitation d'importantes réserves de charbon et développé le tourisme sur la base des paysages et de la faune sauvage spectaculaires du pays.
Le Botswana a aujourd’hui un PIB par habitant parmi les plus hauts d’Afrique. Un produit intérieur brut au service de sa population par le biais d’investissement dans les trois secteurs prioritaires de l’éducation, de la santé et de l’action sociale.




Son site Internet : http://www.festusmogae.com/

Dernière mise à jour le 31/10/2008


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video