African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Nawal EL SAADAWI

Egypte > Littérature : Nawal EL SAADAWI

Nawal EL SAADAWI
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 27/10/1931 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

Nawal El Saadawi (née le 27 Octobre , 1931) , est une éminente  féministe Egyptienne , également médecin psychiatre et écrivaine poursuivie pour apostasie par les islamistes.

"Pour un être humain, qu’il soit homme ou femme, la plus dangereuse des choses est de vivre dans l’illusion, car elle aveugle les gens et les prive de leur principale arme dans la lutte pour la liberté, l’émancipation et le contrôle de leur propre vie et de leur avenir" Naoual El Saadaoui, La face cachée d’Eve

Madame Nawal El Saadawi est née en 1931 près du Caire.nawal
Diplômée de l’Université du Caire en 1955, elle étudie ensuite à la Columbia University (New York) où elle obtient sa Maîtrise en santé publique, en 1966.

Une fois diplômée, elle travaille comme médecin à l’université, et durant deux ans au Centre de santé rurale à Tahla. De 1958 à 1972, elle est Directrice générale de l’éducation à la santé publique, au Ministère de la santé. Elle est en même temps éditeur responsable du magazine Health et secrétaire général auxiliaire de l’Association Égyptienne de Médecine. En 1972, elle est révoquée de son poste au ministère et bannie à cause de ses écrits (La femme et le sexe, Le Caire, 1969) contre les mutilations sexuelles subies par les femmes, les classes dominantes et le patriarcat. Health est interdit et les livres de Nawal El Saadawi sont censurés.

Elle commence alors à publier des essais, tels que Al mar’a wal sira’ al-nafsi (1976), qui traite de la femme et du conflit psychologique, ou La face cachée d’Ève (1977), publié à Beyrouth. Après son roman La chute de l’Iman, en 1987, publié au Caire, elle a commencé à recevoir des menaces de la part de groupes fondamentalistes. En 1993, elle est jugée pour hérésie et condamnée à mort.

De 1973 à 1978, elle exerce son métier d’écrivain à l’Institut supérieur de littérature et de science. Elle est également chercheur à la faculté de Médecine de l’université Ain Shams, au Caire, et travaille pour les Nations Unies en tant que directrice du Centre africain de recherche et de formation pour les femmes en Éthiopie (1978-1980). Elle est aussi conseillère pour la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique occidentale, au Liban.

En 1981, elle s’oppose à la loi du parti unique édictée par Anwar El Sadat. Elle est arrêtée et emprisonnée (le 6 septembre) durant trois mois dans la prison pour femmes de Qanatir, pour infraction à la « Loi de protection des Valeurs contre le déshonneur ». La prison lui était déjà familière, puisqu’elle y avait mené des études dans les années 1970 auprès des détenues. Durant ce séjour, elle écrit, avec un pinceau à cil et sur du papier w.-c. offert par une détenue prostituée, ses Mémoires d’une prison de femmes, qui seront plus tard publiés à Londres.
Deux mois après la mort du président Sadat – qui survient le 6 octobre 1981 –, elle est libérée.

En 1982, elle fonde l’Association arabe pour la solidarité des femmes, qui est interdite en 1991. Lorsque son nom apparaît sur une liste fondamentaliste de condamnés à mort, elle s’envole avec son mari pour les États-Unis, où elle enseigne à la Duke University et à la Washington Sate University à Seattle.

En 1996, elle revient en Égypte.
En 2002, des religieux  l’accusent d¹apostasie, c'est-à-dire d’abandon public de sa religion .
Le 28 janvier 2007 elle est  - ainsi que sa fille Mona Helmy écrivaine et poétesse -  accusée officiellement d’apostasie et interrogée par le procureur général du Caire sur la teneur de ses écrits.
Sa pièce «  Dieu a donné sa démission  » est directement mise en cause. Elle quitte l’Egypte début 2007.

Malgré ces persécutions et les menaces qui pèsent sur elle, Madame El Saadawi a gardé intactes ses convictions, que ce soit sur l’émancipation des femmes, sur le rôle néfaste que peuvent jouer les religions ou sur le plan politique où elle n’a cessé de militer contre les interventions militaires des États-Unis et pour une mondialisation qui établirait un équilibre économique plus juste.

Elle a reçu de multiples distinctions

Docteur Honoris Causa Ulb-Vub (Bruxelles)  28 Novembre 2007
Prix Inana ,
Bruxelles en 2005
Prix Nord Sudà Lisbonne
en 2004.
Prix Littéraire de l'amitié Franco-arabe
(1982)
Prix Littéraire de Gubran
(1988)


Son site Internet : http://www.nawalsaadawi.net/

Vidéos


Nawal El Saadawi:


Dernière mise à jour le 02/12/2011


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video