African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Wangari MAATHAI

Kenya > Politique : Wangari MAATHAI

Wangari  MAATHAI
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 01/04/1940 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

Wangari Muta Maathai "La Femme Arbre"(née le 1er Avril 1940- décédée le 25 Septembre 2011), était  une militante écologique et politique. Elle a été la première femme Africaine de l'histoire à recevoir le "Prix Nobel de la Paix "en 2004 pour sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix.

Elle est décédée le 25 Septembre 2011 à l'âge de 71 ans  dans un hôpital de  Nairobi des suites d'un cancer a annoncé le mouvement qu'elle avait fondé, le Greenbelt movement.Dans son autobiographie publiée en 2006 intitulée "Insoumise: l'histoire d'une femme", elle racontait comment, sous l'effet du changement climatique notamment, l'environnement s'était dégradé dans sa région du Mont Kenya.

Mais au delà de son pays natal, Wangari Maathai avait étendu son combat pour l'environnement à toute l'Afrique. Ces dernières années, la militante s'était investie dans la sauvegarde de la forêt du Bassin du Congo en Afrique centrale, deuxième massif forestier tropical au monde.


"Nous plantons les graines de la paix, maintenant et pour le futur"(Wangari Maathai).
Wangari Muta Maathai est une militante féministe, pacifiste et écologiste, africaine et occidentale. catholique croyante et révolutionnaire. intellectuelle et très "terrienne", mais aussi progressiste et attachée à ses racines.

"Généreuse et persistante , elle a été une championne de la défense de l'environnement , des femmes de l'Afrique et de tous ceux qui se soucient de notre avenir".(Kofi Annan).

Dans un pays où les femmes jouent un rôle marginal dans la vie politique et sociale, les succès de Wangari Muta Maathai, , font figure de brillante exception. Biologiste, elle fut la première femme d’Afrique orientale à passer un doctorat, à devenir professeur et à diriger un département (à l’Université de Nairobi). Wangari Muta Maathai a commencé à militer activement au sein du Conseil national des femmes du Kenya en 1976. De là, elle a lancé le projet de plantation d’arbres «Harambee pour sauver la terre!» (en swahili, harambee signifie «tirons ensemble»). Il fut rebaptisé «mouvement Ceinture verte» (Green Belt Movement, GMB) en 1977.le Docteur Wangari Maathai a planté plus de 30 millions d’arbres pour éviter la désertification des villages, l’érosion des sols, facteurs d’appauvrissement des populations vivant de la terre.
Au-delà de sa lutte pour la préservation des hauts plateaux du Kenya, Wangari Maathai se distingue pour ses combats dans les Droits de l’Homme et la défense de la démocratie. Fervente catholique dans l’âme, son chemin n’a pas été seulement parsemé de gloire. Sa vie est aussi un récit de sacrifices douloureux.

Une Femme hors du commun

Wangari Maathai est née en 1940, dans le village proche de Nyeri, au cœur de l’ethnie Kikuyu, au pied du Mont Kenya. Issue d’une famille d'humbles fermiers, Wangari Maathai passe sa scolarité sur les bancs des écoles kenyanes. Sa vivacité intellectuelle est vite remarquée par des sœurs catholiques qui lui permettent d’aller étudier aux Etats-Unis. Elle se perfectionne en Allemagne. De retour au pays, avec en poche une spécialisation en biologie, Wangari Maathai enseigne la zoologie à l’Université de Nairobi.

Dix ans plus tard, elle est en froid avec les autorités académiques et se retrouve au chômage. Mère de trois enfants, son couple est en crise. Son mari, un homme politique kenyan, obtient le divorce ajoutant qu’elle était : « trop éduquée, trop forte, trop têtue, qu’elle avait trop de réussite et qu’elle voulait trop prendre les choses en main ». Et c’est vrai, au même moment, Wangari Maathai crée son mouvement de la « ceinture verte » The Greenbelt Movement et commence par planter sept arbres le « Jour de la Terre » pour honorer les femmes.

Entre 1980 et 1990, la « Greenbelt » se fait une réputation par ses actions non-violentes. Le mouvement obtient ainsi l’abandon du projet de construction d’une tour de soixante étages dans Uhuru Park, le grand jardin public au centre de Nairobi. Ses idées sont largement suivies par les kényanes qui la surnomment affectueusement Mama Miti (mère des arbres en swahili), un personnage exemplaire, une héroïne intouchable.

Au fil des années Maathai se fait entendre sur des questions épineuses liées à la forêt, la dernière étant un débat controversé déclenché par certains ministres du gouvernement demandant la réintroduction d'un système de shamba (ferme en Swahili), qui implique qu'on autorise les communautés à cultiver sur les terres des forêts.

 Sous la présidence de Daniel Arap Moï, son franc-parler et ses engagements politiques lui attirent beaucoup d’ennemis. A maintes reprises, Wangari Maathai est jetée en prison et doit même s’exiler en Tanzanie. Les coupures de courants et les brutalités n’ont pas découragé cette femme de conviction à dénoncer ceux qui corrompent le pays : "Malheureusement, pendant les deux dernières décennies, le système est devenu corrompu et destructeur, avec le phénomène des braconniers, des bûcherons illégaux, des charbonniers et même des barons de la drogue (plantant du cannabis ou de la marijuana) qui devenait courant".

Candidate à l’élection présidentielle en 1997, elle recueille un minuscule score. C’est un coup dur. Mais l’avènement du multipartisme au Kenya avec la victoire du président Mwai Kibabi, lui permet d’être élue députée en 2002 (cinquante voix contre une), puis ministre adjointe de l’environnement en 2003.

La controverse

Sur le terrain des traditions ancestrales, Wangari Maathai a défrayé la chronique, entachant son image de défenseuse des droits de la femme. On lui a reproché d’avoir déclaré que « l’excision est au cœur de l’identité des Kikuyus » dont « toutes les valeurs sont construites autour de cette pratique ». Des propos qui l’ont plongée dans la controverse. Mais elle se défend envers ses mutilations « que personne ne peut approuver ».

Lors de son discours d’acceptation du Prix Nobel, Mama Miti a pris soin de mettre le doigt sur « ces traditions rétrogrades en voie d’abandon ». « L’excision (…) il faut s’en débarrasser sans pour autant renier l’ensemble de l’héritage culturel » a-t-elle bien insisté.

Afin de faire taire les rumeurs, Wangari révèle officiellement qu’elle n’a jamais pensé que le virus du SIDA avait été développé par les blancs.

Explications faites, Wangari Maathai continue de poursuivre son vrai combat. Celui de reboiser son pays natal puis son continent. Paradis des safaris, des plaines sauvages et des terres généreuses. Pour cette femme à l’éclatante envie de se battre : « Planter un arbre, c’est une prise de conscience. Nous ne sommes rien sans notre environnement. Il faut arrêter de croire que notre espèce est la plus importante ».

Pour célébrer son Prix Nobel, Wangari Maathai est retournée en Afrique. Au pied du Mont Kenya, elle y a planté de ses mains un tulipier d’Afrique, comme pour la première fois. Un moment salvateur et de bonne augure pour les générations futures. Son combat ne fait que continuer avec un seul but, préserver les dons sacrés de la Terre : les Forêts et des Hommes…
 
En 2008, elle accepte de siéger parmi les membres du comité d'honneur de la Fondation Chirac pour le dialogue des cultures et le développement durable. Elle rejoint dans ce comité d'honneur d'autres lauréats du Nobel de la paix comme Kofi Annan, Rigoberta Menchu etc,,,,,,,

 




Son site Internet : http://www.greenbeltmovement.org/w.php?id=59

Vidéos


Wangari Maathai; Une source d'inspiration



Wangari Maathai:


Dernière mise à jour le 26/09/2011


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video