African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Sékouba DIABATé (BAMBINO)

Guinée > Musique : Sékouba DIABATé (BAMBINO)

Sékouba DIABATé (BAMBINO)
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Son parcours :

Sékouba Diabaté dit Bambino (né en 1964) est un chanteur Guinéen.

Sékouba Bambino Diabaté est né en 1964 dans le village de Kintinya, à 25 km de Siguiri, une petite ville proche de la frontière malienne, en Haute Guinée. Pendant longtemps, le jeune chanteur a dû affronter l'opposition de son père qui pense que « pour être un bon griot moderne, il faut gagner sa vie dans les affaires ». C'était au lendemain de l'indépendance et « les gens avaient surtout le culte de la modernité, tandis que les griots étaient plutôt discrédités, surtout s'ils étaient artistes ou musiciens », explique Sékouba. Ce qui ne l'empêchait pas de se mêler aux orchestres locaux des rues de Siguiri une fois la classe terminée. Sa plus grande influence musicale ? Sa mère Mariama Samoura, l'une des plus célèbres cantatrices de sa génération, qui divorce de son père alors qu'il est encore bébé, et qui meurt peu de temps après. Il ne la connaîtra jamais, mais c'est en écoutant sa voix pour la première fois que l'enfant sait qu'il sera chanteur.

En 1978, il devient membre de l'orchestre fédéral, le « Manden Kono », sur la demande insistante des autorités régionales. Le chef de l'État le remarque un jour où il chante « Mandjou », une chanson de Salif Keïta, qui lui est dédiée. C'est l'époque de Sékou Touré, président mélomane, qui subventionne des dizaines d'orchestres. La musique moderne guinéenne connaît son apogée, encouragée comme vecteur de l'affirmation de l'identité nationale. Grâce au président, « le petit de Siguiri » intègre le « Bembeya Jazz National » qui, jusque-là, n'avait pas retrouvé de chanteur à la hauteur de Aboubakar Demba Camara, décédé en 1973. Le jeune chanteur doit alors quitter sa ville natale pour Conakry, où il devient la star de l'orchestre. Des années plus tard, il joue avec le collectif salsa afro-cubain Africando. Avec ces deux groupes, il fait des tournées qui le mènent en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord. Un an avant sa mort, en 1984, Sékou Touré dénationalise les orchestres. Comme le Bembeya joue de moins en moins, Bambino doit se débrouiller, un peu comme un orphelin. C'est le début de sa carrière solo. « Je rêve qu'on parle de ma musique dans le monde entier », confie aujourd'hui le vocaliste mandingue, qui ne veut plus chanter seulement pour son pays. Pour son nouvel album, Bambino s'est entouré de l'arrangeur François Bréant, qui avait déjà travaillé avec Salif Keïta sur son album Soro. Le balafon, la cora et le bolon, instruments traditionnels des griots, se mêlent aux congas afro-cubains, mais aussi à des sonorités et à des rythmes plus occidentaux, notamment au son jazzy de l'harmonica de Jean-Jacques Milteau ou au flow du rappeur français d'origine sénégalaise, Diziz la peste. Une reprise en malinké de « It's a Man's World » de James Brown et le morceau « Famou » rappellent sa prédilection pour les chansons d'amour. La plupart de ses textes restent néanmoins fidèles au rôle de philosophe et d'éducateur du griot. Mais Sinikan, ou « la parole de demain », Bambino le griot moderne la veut universelle, lui qui peut émouvoir aux quatre coins du monde, grâce à sa voix, lyrique et véhémente, porteuse de toute l'âme de la musique mandingue.



Dernière mise à jour le 09/11/2007


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video