African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Christopher OKIGBO

Nigéria > Littérature : Christopher OKIGBO



Son parcours :

Christopher Ifekandu Okigbo (1932-1967),  il était un poète  Nigérian.Il est mort au champ de bataille lors de la guerre pour l'indépendance du Biafra.Il est aujourd'hui reconnu comme étant le plus grand poète anglophone postcolonial du xxème siècle.

Christopher Okigbo est né le 16 Août 1932,à Ojoto dans l'Est du Nigéria qui était encore à l'époque sous colonie Britannique.Son père James Okigbo était un instituteur à l'école primaire. La famille de C.Okigbo était catholique mais son grand-père  maternel était  un prêtre animiste qui vénérait la déesse  Idoto  qui portait le même nom que le fleuve  traversant son village. Plus tard Okigbo pensa que l'âme de son grand-père était reincarné en lui et la "déesse de l'eau" figure souvent dans ses écrits.

 Before you, Mother Idoto, naked I stand
    before your watery presence a prodigal

    leaning on an oilbean
    lost in your legend...

Okigbo étudie à l'école catholique de Umulobia et en 1945 , il entre au cours secondaire à l'école de l'état  de Umahia. Plus tard il va à l'Université d'Ibadan comme de nombreux futurs grands écrivains (Wolé Soyinka, Elechi Amadi, John Pepper Clark, et Cole Omotoso, Chinua Achebe.)
Il veut  étudier la médecine , mais change d'avis et choisit finalement le Grec et le Latin.A l'Université, il avait ausi la réputation d'être un très bon pianiste.Après son diplôme en 1956,, il travaille entre autre comme  assistant  bibliothécaire à l'Université du Nigéria. Il est également très attiré par le monde des affaires et entre à l'entreprise Nigériane de Tabac (Nigerian Tobacco company). Pendant deux ans, il est secrétaire privé du ministère de l'information à Lagos. En 1962, il devient la manager  de la presse pour  l'afrique de l'ouest de l'Université de Cambridge. Plus tard, il travaille comme éditeur pour le journal "Mbara "de Ibadan.

Okigbo publie ses premiers poèmes dans le journal étudiant littéraire  "Horn".  Sa réputation est de plus en plus grande lorsque ses poèmes sont publiés dans le journal littéraire "Black Orpheus". dans la même année il publie un pamphlet intitulé "Heavensgate", qui marque un retour à la part d'héritage Africaine et un nouveau regard sur la déesse de la terre .

 Before you, Mother Idoto, naked I stand
    before your watery presence a prodigal

    leaning on an oilbean
    lost in your legend...

Les années 1960 sont politiquement très denses au Nigéria. En 1963, le Nigéria devient indépendant et quatre ans plus tard les Ibos (ethnie de la région Est du Nigéria) veulent l'indépendance de leur région (Biafra). Okigbo s'interesse de près aux évènements politiques de son pays, et publie dans le même temps "Path of Thunder"(1968) , poème qui s'attaque sévèrement aux politiciens . En 1966, il reçoit le Prix de la Poésie  Langston Hughes au Festival de l'Art Nègre à Dakar (Sénégal), mais il refuse ce prix car il pense que l'art ne doit pas être relégué (jugée)sur le principe de la race.
Lorsque la guerre éclate en 1967, Okigbo travaillait pour une entreprise Italienne et projetait d'acheter  une maison d'édition avec Chinua Achebe. Mais il décide de rejoindre finalement l'armée Biafraise en tant que soldat . Il est tué un mois plus tard dans l'une des premières batailles près de Nsukka.
Il reçut des décorations posthumes comme celle de "l'Ordre Nationale de Mérite Biafraise". Les poèmes qu'il préserva furent publiés en 1971. Il dédia le  poème  "Labyriths" à sa femme et à sa fille.
Sa fille Obiageli créa en 2005 la Fondation Christopher Okigbo pour perpétuer son héritage.

"Elegy for Alto", le dernier poème dans
Path of Thunder, est aujourd'hui regardé comme le "dernier testament" du poète prophétisant sa propre mort comme un agneau sacrifié pour la liberté de l'homme.


O mother  ,mother Earth, unbind me , Let this be my last testament, let this be
 Earth, unbind me; let me be the prodigal; let this be
    the ram’s ultimate prayer to the tether...

    AN OLD STAR departs, leaves us here on the shore
    Gazing heavenward for a new star approaching;
    The new star appears, foreshadows its going
    Before a going and coming that goes on forever...






Dernière mise à jour le 05/11/2007


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video