African Success - Retour à la page d'accueil RSS | TWITTER | ENGLISH VERSION ENGLISH VERSION    
Présentation Annuaire des personnalités africaines Africains de coeur Africains d'ailleurs Coup de gueule Vidéos





Biographie de Ousmane SOW

Sénégal > Arts : Ousmane SOW

Ousmane SOW Ousmane SOW
Cliquez sur une photo pour l'agrandir


Date de naissance : 10/10/1935 (format : jour/mois/année)

Son parcours :

Ousmane Sow (né le 10 Octobre  1935) est un sculpteur Sénégalais.


Ousmane Sow naît à Dakar en 1935, d’une mère saint-louisienne et d’un père dakarois de trente ans son aîné. Il grandit à Reubeuss, un des quartiers les plus chauds de Dakar, où il reçoit une éducation extrêmement stricte au cours de laquelle son père le responsabilise très jeune. Il hérite de ce père, la rigueur, le sens du devoir, le refus des honneurs et un esprit libre. A la mort de celui-ci, et malgré un immense attachement à sa mère, il décide de partir pour Paris, sans un sou en poche. Il se fait héberger dans les commissariats, et connaît la douceur d’une France alors terre d’accueil. Tout en pratiquant divers petits métiers, et après avoir renoncé à suivre l’enseignement de l’école des Beaux-Arts, il passe un diplôme de kinésithérapeute.

Bien que sculptant depuis l’enfance, c’est seulement à l’âge de cinquante ans qu’il fit de la sculpture son métier à part entière. Mais la kinésithérapie qu’il exerça jusque là n’est sans doute pas étrangère au magnifique sens de l’anatomie que l’on trouve dans son œuvre. Durant toutes ces années d’activité, il transforme la nuit son cabinet médical et ses appartements successifs en ateliers de sculpture, détruisant ou abandonnant derrière lui les œuvres qu’il crée.

Jusqu’à sa première exposition, organisée par le Centre culturel français de Dakar en 1987, on ne connaît rien de sa création, si ce n’est l’extrait d’un film d’animation qu’il avait lui-même réalisé et qui mettait en scène des petites sculptures animées. Six ans seulement après cette première exposition à Dakar, il expose à la Dokumenta de Kassel en Allemagne. Et en 1995, le Nouba assis et le Nouba debout clôturent l’exposition organisée à Venise, au Palazzo Grassi, à l’occasion du centenaire de la Biennale.
C’est en 1984, inspiré par les photos de Leni Riefenstahl représentant les Nouba du Sud Soudan, qu’il commence à travailler sur les lutteurs de cette ethnie et réalise sa première série de sculptures : Les Nouba. En 1988, naîtront Les Masaï, en 1991 Les Zoulou, et enfin, en 1993, Les Peulh.

En 1991, il achète le terrain sur lequel il construit sa maison, née de son imagination. Recouverte entièrement de sa matière, murs et carreaux, elle représente symboliquement le Sphinx et est la préfiguration de sa future série sur les Égyptiens.
C’est dans la cour de cette maison que naît la bataille de Little Big Horn, une série de trente-cinq pièces, exposée à Dakar en janvier 1999, en avant-première de l’exposition parisienne sur le Pont des Arts, qui réunit toutes ses séries, et attire plus de trois millions de visiteurs.

En 2001, il confie aux Fonderies de Coubertin et aux Fonderies Susse la réalisation de trois bronzes, à partir de ses originaux : « La Danseuse aux cheveux courts » (série Nouba), « le Lutteur debout » (série Nouba) et « La Mère et l’Enfant » (série Masaï). Ces trois pièces ont été exposées au printemps 2001 à Paris au Musée Dapper. Ont été réalisées depuis : « Le lanceur » (série Zoulou), et « Sitting bull en prière » (Série Little Big Horn)
Cette même année, il réalise une commande pour le Comité International des Jeux Olympiques, « Le coureur sur la ligne de départ.
Durant l’été 2002, il réalise, à la demande de « Médecins du Monde », une sculpture de Victor Hugo pour la « Journée du refus de l’exclusion et de la misère ».
Le bronze de cette sculpture a été commandé par la Ville de Besançon, ville de naissance de Victor Hugo. Elle a été installée le 17 Octobre 2003 à Besançon, place des Droits de l’Homme, lors de la «Journée du refus de l’exclusion et de la misère », avec « Médecins du Monde ».

Le Whitney Museum à New York a également accueilli en 2003 une partie de la série sur la bataille de Little Big Horn, dans le cadre d’une exposition intitulée « Américan effect ».

Toujours, il sculpte sans modèle. Sa matière, il l’invente. En une savante alchimie, il laisse macérer pendant des années un certain nombre de produits. Cette matière est pour lui une œuvre en elle-même, une matière qui le rend presque aussi heureux que la naissance de la sculpture elle-même. Il l’applique sur une ossature faite de fer, de paille et de jute, laissant à la nature et au matériau sa part de liberté, ouvrant la porte à l’imprévu. Une attitude fondamentalement artistique, mais africaine aussi.
Car sa vie autant que son œuvre sont aujourd’hui profondément ancrées dans son pays. Il n’imagine pas de pouvoir sculpter ailleurs qu’au Sénégal. Et, alors qu’il vécu une vingtaine d’années en France, plus rien ni personne ne pourrait lui faire quitter sa terre africaine.

Dernière mise à jour le 06/09/2008


Mettre cette biographie à jour












Nom :
Recherche avancée



Art Business Finance Littérature Luxe Media Musique Politique Professionnels Science Social Sport
African Success © African Success 2007/2016 - informations légales - plan du site - nous contacter RSS African Success on Twitter
Le Club
Connexion :



Mot de passe oubliéS'inscrire au Club
Nouvelles biographies de personnalités africainesRSS

This slideshow requires Adobe Flash Player 9.0 (or higher). JavaScript must be enabled.

Video